Le cas Noah Zimmerman

Livre

Titre : Le cas Noah Zimmerman

Auteur : Sharon Guskin

Editeur : Calmann-Lévy

Date de parution : 11 mai 2016

Catégorie : Thriller psychologique

Nombre de pages : 379 pages

Intérêt : Résumé attrayant

Quatrième de couverture :

Janie est célibataire depuis des années, alors rien de surprenant à ce qu’elle décide de garder le bébé conçu avec un parfait inconnu sur une plage en vacances. Quatre ans plus tard, élever seule le petit Noah est cependant une épreuve : cauchemars à répétition et troublantes références à des scènes de violence perturbent terriblement le garçonnet. Quand Janie le couche le soir, il réclame sa vraie maman et demande à rentrer chez lui…

Aucun médecin n’est capable de diagnostiquer ce mal, alors quand Janie découvre l’existence d’un certain docteur Anderson, psychiatre ayant consacré de nombreuses années de recherche à la réincarnation, elle tente sa chance auprès de lui. Elle ignore cependant qu’Anderson est atteint d’une maladie rare et qu’il est sur la sellette. Pour le docteur, le cas Noah Zimmerman est une aubaine : l’occasion de briller enfin aux yeux de tous s’il parvient à prouver que la réincarnation existe. Mais d’où viendrait alors cet esprit qui habite Noah ?

Entre drame familial monoparental et suspense dans le monde de la réincarnation, une lecture hypnotisante.

Critique :

Ce premier roman de Sharon Guskin traite d’un sujet sur lequel les opinions divergent depuis de nombreuses années : la réincarnation. Que l’on croie ou non à cette théorie, Le cas Noah Zimmerman ne laisse pas indifférent…

La fiction est entrecoupée de véritables cas de vies antérieures étudiés par le docteur Jim B. Tucker. Si ces exemples sont intéressants et intrigants, ils cassent cependant le rythme et le suspense du livre en laissant présager ce qui va se passer pour Noah. L’effet de surprise est alors clairement supprimé.

En ce qui concerne les personnages, il est impossible de ne pas s’attacher à Janie, une mère célibataire qui met tout en œuvre pour aider son fils, ainsi qu’à Noah, ce petit garçon aussi adorable qu’angoissant. L’amour indéfectible d’une mère pour son enfant est émouvant et touchant. Malheureusement, Anderson, ce psychiatre atteint d’aphasie, n’attire pas spécialement la sympathie du lecteur. Difficile d’éprouver une quelconque compassion pour ce personnage qui ne voit en Noah que l’opportunité de terminer ses recherches scientifiques avec un cas américain extraordinaire, même s’il finit par montrer un certain attachement à l’enfant vers la fin de l’enquête.

Le plus grand regret concernant Le cas Noah Zimmerman est le manque de suspense. Les pistes auraient pu être multipliées afin d’attiser la curiosité du lecteur. L’auteure aborde plusieurs solutions : imagination débordante, schizophrénie, réincarnation, capacités extra-sensorielles… Toutefois, elles sont rapidement éliminées au profit de la réincarnation. Le mystère autour du père de Noah aurait également pu être exploité davantage.

En résumé, ce roman est un mélange de fiction et de recherches scientifiques qui pose la question de l’existence d’une vie antérieure. Les études de cas précédents desservent malheureusement cette histoire qui devient alors longue et prévisible. Pourtant, le sujet était prometteur…

Note :

5

 Votre avis m’intéresse ! 

N’hésitez pas à me laisser un commentaire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s